Mac and cheese

Ah ah ah, aujourd’hui c’est Thanksgiving ou l’action de grâce. On serait tenté de chanter do..do..donnez donnez, do-do-donnez-moi, dieu vous le rendra, du très inspiré Enrico, comme hymne à cette fête, car elle célèbre l’entre-aide et celle de Dieu. Enfin presque… En 1620, une centaine de protestants anglais, les Pilgrim Fathers, débarquent du Mayflower, un navire marchand, dans la baie de Plymouth au Massachusetts. Ils y fondent la ville de Plymouth. Hélas, les débuts de leur installation est plus difficile que prévue et la moitié des arrivants périssent du scorbut. De quoi mettre du plomb dans l’aile à leur projet de colonisation. Dans leur malheur, Dieu – faut bien qu’il intervienne quelque part, puisque c’est lui que cette fête honore – met sur leur route, deux Amérindiens, Squanto et Samoset, qui avec l’aide de leur tribu, les Wampanoags, leur offrent de la nourriture et leur apprennent à pêcher, chasser et cultiver le maïs. Et voilà nos pépères, ragaillardis par cette intervention divine. Un an plus tard, à l’automne, le gouverneur William Bradford, décrète trois jours d’actions de Grâce pour fêter les premières récoltes. Pour l’occasion, on offre des dindes sauvages. Byzance ! Les joyeuses colonies de vacances, merci Squanto, merci Samoset. Tous les ans on voudrait que ça recommence youkaïdi, aïdi aïda ! Thanksgiving était née ! Alléluia… Encore polis, les nouveaux venus, n’oublient pas d’inviter le chef des Wampanoags et quelques autres indiens, pour les remercier de leur précieuse aide, sans laquelle ils seraient tous passés de vie à trépas. Après… Ben après, nombreux sont ceux qui oublièrent qu’ils devaient leur salut aux autochtones, et les massacres commencèrent. En 1676, le gouverneur de Charlestown profita même de ce jour pour célébrer une victoire sur les Peaux Rouges. Alzheimer, sans doute ! Les Indiens, eux, n’ont pas oublié et pour certains, ce jour-là, n’est pas, mais pas du tout, une fête ! C’est plutôt le point de départ de la destruction de leur continent et des guerres. Heureusement, chaque année, une ou deux dindes sont graciées par le président. Sans doute, pour ne pas oublier la Sainte intervention et celle du volatil qui ont permis la construction du pays. C’est beau « remercier-donner » ! Tout ça pour dire que nous avons épargné la dinde et les Indiens, et que, du coup, on a fait un plat hyperpacifique, mais très américain : le mac and cheese. Allez, cuisinez, fêtez, partagez, dévorez !

Préparation et cuisson 45 minutes
Ingrédients pour 6 à 8 personnes
50 g de beurre
30 g de farine
410 ml de lait concentré non sucré (une boîte)
200 g de cheddar râpé
150 g de gruyère
450 g de macaroni
2 c. à s. de chapelure
1 c. à c. de moutarde
1 c. à c. rase de paprika
½ c. à c. d’ail en poudre
Sel, poivre

Préparation
Préchauffez le four à 180°.
Faites cuire les pâtes en suivant les recommandations du paquet pour une cuisson al dente, les pâtes continueront à cuire dans le four.
Pendant ce temps, faites la crème de fromage.
Dans une grande casserole, un wok, ou un grand faitout, (un contenant pouvant contenir les pâtes), faites fondre le beurre. Lorsqu’il est fondu, ajoutez, sur feu doux, la farine et, à l’aide d’un fouet, mélangez rapidement. Ça va épaissir. Incorporez le lait concentré et une louche d’eau de cuisson des pâtes. Ajoutez la moutarde et les épices. Lorsque le mélange est chaud, ajoutez 100 g de gruyère et 150 g de cheddar. Réservez le reste du fromage pour le montage (50 g de chaque). Lorsque la crème est bien homogène et que le fromage a tout fondu, égouttez les pâtes et incorporez-les à la préparation fromagère (d’où l’intérêt d’avoir pris un grand contenant). Salez, poivrez. Mélangez bien.
Versez la moitié des pâtes dans un plat à gratin. Répartissez, dessus, la moitié des fromages râpés (50g mélangé). Ajoutez le restant des pâtes. Saupoudrez de chapelure et finissez de répartir le reste de fromage (50g).
Enfournez 25-30 minutes, jusqu’à ce que le fromage soit bien fondu et grillé. Dévorez avec une salade ou une bonne dinde rôtie.

Réalisation et photos : Sandrine et Muriel Zakri
Les photos du site sont la propriété exclusive de S. et M. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. mamscook dit :

    Miammmmmm… Un plat régressif à souhait !!!!

    J’aime

  2. Je ne sais pas si on peut mettre les mots « hyperpacifiqu » et « américains » dans la même phrase, hihi ! En tout cas, c’est un plat très très gourmand et réconfortant, j’adore.
    Bonne journée, bises.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s