Le Bò Bún

bo-bun-devorezmoi-02

Photos : S. et M. Zakri

bo-bun-devorezmoi-03bo-bun-devorezmoi-01

Fermez les yeux : vous venez d’atterrir à Hanoï ou à Ho Chi Minh, ces villes vivantes, grouillantes de monde, où le seul fait de traverser une rue est une aventure. Prenez le temps de visiter et de vous acclimater à la foule, à la chaleur. Repartez voguer sur le Mékong ou la Baie d’Halong. Respirez un peu… Poursuivez votre voyage vers Hue, la ville impériale. Enfin, posez-vous à Hội An, la belle, la typique classée au patrimoine mondial par l’Unesco.

Partout, aventurez-vous dans les petits marchés colorés, aux étals chargés de légumes, de fruits, de viandes, de poissons et de fruits de mer. Autant de couleurs et d’odeurs qui raviront vos yeux et vous mèneront jusqu’à ces petites gargotes installées à tous les coins de rue ; Prenez place sur de minuscules tabourets autour d’improbables petites tables. Profitez du spectacle. Savourez.

Dans la cuisine vietnamienne, tous les plats s’accompagnent d’herbes aromatiques donnant à aux préparations leur légèreté et leurs parfums incomparables. Et le Bò Bún (ou bún bò en vietnamien), n’y échappe pas ! Ce délicieux plat du sud, composé de vermicelles de riz, de bœuf mariné, de menthe et de coriandre est à lui seul une invitation au voyage. Dégustez-le avec une bière, héritage culinaire de la présence française, tout comme la baguette de pain dont les Vietnamiens maîtrisent parfaitement la fabrication. Vous êtes séduits ? Alors laissez-vous embarquer !

Ingrédients pour 4 personnes
Préparation et cuisson 30 mn

Pour la préparation du BO BUN
400 g de filet de bœuf (bò) finement émincé
400 g de vermicelles de riz (bún)
½ concombre coupé en julienne
2 carottes moyennes râpées
2 petites salades sucrines
100 gr de pousses de soja
1/2 bouquet de feuilles de menthe lavées et effeuillées
1/2 bouquet de coriandre fraîche lavée et effeuillée
Une poignée de cacahuètes grillées non salées
4 c. à s. d’échalotes frites (disponible en supermarché)
2 à 3 nems par personne.
Facultatif : 1 petit piment oiseau épépiné et coupé en fines rondelles

Pour la marinade de la viande :
2 tiges de citronnelle fraîche finement hachée
2 gousses d’ail hachées
2 c. à s. de nuoc-mâm
1 c. à s. de cassonade
1 c. à s. d’huile neutre type arachide
Sel et poivre blanc

Pour la sauce d’assaisonnement du bò bún
8 c. à s. de nuoc-mâm
4 c. à s. de cassonade
Le jus d’1/2 citron vert pressé
4 c. à s. de vinaigre de riz
4 c. à s. d’eau
1 à 2 gousses d’ail hachées
1 petit piment oiseau épépiné et coupé en fines rondelles * facultatif

Vous pouvez sauter cette étape en achetant de la sauce pour nem toute prête dans laquelle vous ajouterez une cuillère à soupe de jus citron vert et deux gousses d’ail hachées.

Pour les carottes
2 c. à s. de vinaigre blanc
1 c. à s. de sucre blanc
1 c. à c. rase de sel

Préparation :
Enlevez les premières enveloppes les plus dures de la citronnelle. Lavez et émincez très finement la partie la plus grosse.
Dans un saladier, mettez les fines tranches de bœuf, ajoutez l’ail haché, la citronnelle émincée, le nuoc-mâm, le sucre, l’huile et assaisonnez de sel et de poivre blanc. Mélangez. Laissez mariner au moins 15 minutes.

Pendant ce temps, préparez vos carottes au vinaigre et la sauce d’assaisonnement.
Lavez et épluchez vos carottes avant de les râper. Dans un saladier, mélangez le vinaigre blanc, le sucre et le sel. Ajoutez les carottes râpées. Mélangez et laissez mariner le temps de la préparation du Bò Bún.

Dans un bol, mélangez tous les ingrédients de la sauce d’assaisonnement. Réservez. Faites cuire les vermicelles de riz dans l’eau bouillante. Fiez-vous aux indications portées sur le paquet car le temps de cuisson varie d’une marque à une autre. Lorsqu’ils sont cuits, passez-les sous l’eau froide pour stopper la cuisson et, ainsi, éviter qu’ils ne collent.

Lavez et coupez le concombre en julienne. Réservez.

Enfin, dans un wok ou dans une poêle, faites chauffer un peu d’huile à feu vif, puis faites saisir rapidement votre viande.

Il est temps de passer au dressage :
Dans chaque bol ou chaque assiette. Disposez quelques feuilles de sucrine, une portion de nouilles, un peu de concombre taillé en julienne, un peu de carottes et quelques pousses de soja. Ajoutez ensuite la viande et les nems chauds coupés en deux. Parsemez de feuilles de menthe et de coriandre effeuillées. Finissez le dressage avec les cacahuètes, les échalotes frites, et pour les braves, quelques très fines rondelles de piment oiseau.

Servez tiède ou froid. Dans un bol à part, mettez à disposition la sauce que chacun pourra doser à sa convenance. Dévorez !

Recette parue Dans le N° 6 de Campagne gourmande

Bobun-maison de campagne.jpg

Photos S. et M. Zakri
Les photos sont la propriété exclusive de S. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable

Flan pâtissier léger

flan-patissier-02-devorezmoi

Photos : S. et M. Zakri

flan-patissier-04-devorezmoiflan-patissier-01-devorezmoi

Le saviez-vous, le flan est un dessert vieux comme le Moyen Âge. Oui, oui ! Mais, il se distingue en France au XIVe siècle en s’invitant à la table du couronnement d’Henri IV. En plus d’être royal, il est international ! Il a de la famille un peu partout dans le monde, au Portugal, en Angleterre et même en Chine. Ah, toute cette connaissance… Vous en restez comme deux ronds de flan, hein ? Pourtant, au fil du temps, il a perdu de sa superbe : Il est devenu popu, limite ringard. Pas grave, on l’aime quand même ! Le nôtre est sans crème fraîche. C’est peut-être un crime de lèse-majesté, va savoir ? On l’a dévoré

Ingrédients pour 6 à 8 personnes
1 pâte brisée
1 l de lait demi-écrémé
4 œufs
180 g de sucre
100 g de maïzena
3 c. à c. d’extrait de vanille
1 gousse de vanille

Préparation
Préchauffez le four à 180 °C.
Beurrez et farinez votre moule à manqué. Foncez la pâte et piquez-la avec les dents d’une fourchette. Réservez-la au frigo 15 mn.
Versez le lait dans une casserole. Ajoutez 100 g de sucre, la gousse de vanille fendue en deux et grattée. Portez le tout à ébullition.
Dans un saladier, battez à l’aide d’un fouet électrique les œufs et le sucre restant. Lorsque le mélange a blanchi, rajoutez la maïzena, l’extrait de vanille tout en continuant à fouetter.
Dès que le lait bout, versez-le doucement sur la préparation aux œufs sans cesser de fouetter.
Reversez le tout dans une casserole, puis remettez sur feu très doux sans cesser de remuer avec une spatule en bois. Il faut que la préparation épaississe légèrement.
Retirez la gousse de vanille et versez la préparation sur la pâte. Enfournez 40 minutes environ. La surface doit être joliment cramée. Laissez refroidir avant de démouler.
Dévorez !

Photos S. et M. Zakri
Les photos sont la propriété exclusive de S. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable

Bánh mì au bœuf ou escale à Hôi An

 

banh-mi-01-devorezmoi

Photos : S.et M. zakri

banh-mi-02-devorezmoibanh-mi-03-devorezmoi

C’est la rentrée pour les petits les grands, les gourmands, et la bataille Food #37 : challenge culinaire initié il y déjà 3 ans par Jenna, du blog le bistro de Jenna.
Et nous voilà, bloggeurs et non bloggeurs, plongés dans nos livres de recettes, en quête de l’inspiration et cherchant la formule pour relever le challenge lancé par la gagnante du défi précédent. Cette fois, c’est Gaëlle de My Nomad Cuisine qui nous a lancé un thème que nous avons adoré : Elle nous a demandé de voyager tout en restant dans notre cuisine, de voguer vers de nouveaux horizons, de partir à l’aventure, de racontez nos souvenirs de vacances, nos découvertes culinaires… bref de nous évader.. Et nous, c’est ce qu’on
préfère !

Les règles à respecter :
– la couleur en ingrédients ou en déco : le vert
–  la contrainte : que notre plat se mange avec les doigts.

C’est dans la petite ville de à Hội An, au Vietnam, que nos souvenirs nous ont conduits.
Y êtes-vous déjà allé(e)s ? Oui/ Non ? Alors, embarquez avec nous dans ce dédale de ruelles bordées de jolies maisons couleurs ocre, aux belles boiseries sombres et aux toits pentus recouverts de tuiles. Endormie aux heures les plus chaudes, la ville, la plupart du temps, grouille de monde et d’activités. Ici, se mêlent aux scooters et aux vélos, des femmes chargées de grands paniers à balancier débordant de victuailles, des passants pressés et des touristes flânant au gré des découvertes. Suivez-nous : Ici, le pont Chinois, les temples et bien sûr les magasins de lanternes, de confection sur mesure et de vaisselle ; là, les restaurant de rue grignotant la chaussée, les marchands ambulants de crabes mous ou fruits frits en beignets (un régal mais un peu gras quand même), les vendeurs de flans de lait (on a goûté, mais on n’a pas bien compris ce que c’était !), etc…
Le nez au vent, c’est dans ce joyeux bordel que nous avons dégoté une minuscule échoppe où étaient préparés les meilleurs banh mì du Vietnam ! Une tuerie ! Souvent, en allant à la plage, nous faisions un détour pour acheter notre ration : 3 sandwichs pour 2, parce que 4 aurait été déraisonnable. Juchées sur nos vélos, le nez au vent, nos Banh mì bien calés dans nos porte-bagages, nous filions vers la plage pour les dévorer et profiter du paradis.  On espère que nos souvenirs vous ont envoûté(e)s ou à défaut vous auront fait saliver. Et en attendant d’y retourner voici la recette !

Pour 4 sandwichs
Ingrédients
250 g de bifteck mariné
2 carottes émincées finement ou rappées et marinées
½ concombre coupé en rondelles fines ou en bâtonnets
2 ou 3 oignons nouveaux ou cives coupés dans la longueur, en 4 ou 6 selon la grosseur, ou des brins de ciboulettes. (comptez 3 par sandwich).
Sauce Sirascha
Sauce Hoisin ou mayonnaise
1½ baguette
Une demie botte de coriandre
1 ou 2 sucrines effeuillées

Marinade de la viande
2 c. à s. de sauce de soja
2 c. à s. d’huile neutre
2 c. à s. de sauce nuoc mâm
2 gousses d’ail écrasées
2 tiges de citronnelle émincées très finement
1 c. à c. de 5 épices
1 c. à c. de sucre
sel poivre

Marinade des carottes
4 c. à s.de vinaigre blanc ou vinaigre de riz
4 c. à s. de sucre
6 c. à s. d’eau
sel

Préparations
Mélangez tous les ingrédients de la marinade des carottes, et ajoutez celles-ci finement coupées ou rappées. Réservez.

Coupez finement la viande en petits cubes. Dans un saladier, mélangez le sucre, l’eau, le mélange 5 épices, la sauce de soja, le nuoc mam et l’huile neutre. Ajoutez l’ail écrasé et la citronnelle que vous aurez finement émincée en prenant soin d’enlever les premières feuilles (les plus dures). Salez et poivrez. Ajoutez les morceaux de viande et mélangez pour que le bœuf s’imprègne bien. Laissez mariner pendant 10 minutes (ou plus). Ça y est, votre viande est prête. Egouttez-la grossièrement. Dans une poêle ou un wok, mettez à chauffer un peu d’huile neutre et faites-y cuire rapidement la viande, à feu vif, sans cessez de remuer pour qu’elle grille sur tous les côtés.

Coupez vos baguettes en 4 morceaux égaux pour ne pas faire de jaloux. Fendez-les dans la longueur et, si vous avait un peu de temps, passer les un peu au four pour qu’ils croustillent.

Procédez au montage de vos banh mì
Enduisez chacun de vos morceaux de pain de sauce hoisin et shiracha (elle est piquante). Ajoutez quelques feuilles de sucrine, du concombre, des carottes marinées (égouttées), la viande, de la coriandre et finissez par les tiges de cives, (ou oignons nouveaux, ou ciboulette). Ça y est c’est prêt ! il ne reste plus qu’à dévorer.

Les participant(e)s :
My Nomad Cuisine,  Bistro de JennaRecreacakesThe Crazy Oven,  Cook A Life!,  Une cuisine pour voozenoo,  La Femme a Tete de ChouAux delices de VanyMa Cuisine a MoiPetite cuillere et charentaisesAfternoon TeaLes delices de LoulouMagg KitchenetteJ’ai toujours aime le jaune moutardeKaribo Safako, Graine de faim KelyDouceurs MaisonCooking in JuneCelinblogDevorez-moi Rouge Gingembre,  Chaud Patate,  Encore un gateauBy acb 4 you,  Les delices pour mes amoursDans la cuisine de DjanisseQuelques grammes de gourmandise Toque de choc!Le blog de CataDouble PortionCooking & Bon appetitEat AfricaMes inspirations culinairesDouceurs Maison,  Cosmic TomatoesAu fil du thym, Les gourmandises de SandrineOh la gourmandePatisseries a croquerL’Atelier de Kristel, La cuisine veggie de JenniBrian Iz in the kitchenLaety CuisineRock the BretzelFil et CroqLe Dessert c’est pour moiLa polygraphe,  Cuisine 2 soeursKeskonmangemamanEmilie SweetnessRecettes DukanLa Medecine passe par la cuisineA fleur d’Oranger

Photos S. et M. Zakri
Les photos sont la propriété exclusive de S. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable

Gâteau breton. Souvenirs de Saint-Briac… Spéciale dédicace pour tatie Danielle et tonton Ludo

 

Gateau breton 06-devorezmoi

Photos : S. et M. Zakri

Gateau breton 04-devorezmoiGateau breton 01-devorezmoi

Adieu Bretagne ! Septembre à peine commencé et voilà, déjà, nos petits cerveaux englués dans la nostalgie des vacances, larmoyant à l’idée qu’il va falloir tenir une durée indéterminée avant que nous repartions ! Quand ? Où ? Comment ? Alors pour faire refluer la marée noire et apporter un peu de douceur à notre petit être en mal d’ailleurs, on s’est fait un gâteau. Mais pas n’importe lequel : The gâteau breton ! Celui qui, au bourg de Saint-Briac, était vendu à la part one million  de dollars. Pas bête, ce n’est pas un poids plume ! On s’est ruiné une fois, pas deux ! On a expérimenté la recette sur notre Tatie Danielle (rien à voir avec celle du film). Elle est accro aux desserts, et aux nôtres en particulier. Recette nature validée là-bas, recette au caramel validée ici, à Paris. Ce gâteau est riche en réconfort. Il vous tartine de baume au cœur et pèse son poids d’amour… Alors, vous en reprendrez bien une petite tranche ?

Ingrédients pour 8 personnes
6 jaunes d’œuf. Prélevez ½ c. à c. pour la dorure
360 g de farine
230 g de sucre
250 g de beurre demi-sel ramolli (sel de Guérande)
½ sachet de levure chimique
1 c. à s. de lait

Facultatif :
Pour une version du gâteau breton plus perso !
100 g de caramel au beurre salé
1 bouchon de rhum

Préparation :
Préchauffez le four à 170°. Dans un grand saladier mélangez énergiquement les 6 jaunes d’œuf et le sucre jusqu’à ce que l’appareil blanchisse.

Pour la version originale : Ajoutez la farine et la levure, ainsi que le beurre ramolli. Mélangez. La pâte est assez épaisse alors il vous faudra un peu de muscle.
Beurrez et farinez votre moule. Versez-y la pâte (ou disons plutôt laissez-la tomber qui est costaud) et lissez le dessus avec le dos d’une grande cuillère.

Pour notre version plus olé olé : Ajoutez la farine, la levure, le beurre ramolli et le rhum. Mélangez. Beurrez et farinez votre moule. Versez-y la moitié de la pâte. Lissez le dessus avec le dos d’une grande cuillère. Ajoutez et étalez la crème caramel. Rajoutez l’autre moitié de pâte. Lissez de nouveau le dessus avec le dos d’une grande cuillère.

Mélangez la demi-cuillère de jaune d’œuf avec le lait et badigeonnez le gâteau. Enfin faites de jolis dessins à l’aide d’une fourchette.
Enfournez 30 mn. Piquez avec un couteau. Si la lame ressort sèche : c’est prêt.
Laissez refroidir et dévorez !

Photos S. et M. Zakri
Les photos sont la propriété exclusive de S. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable

Fête de Ganesh et Lassi à la rose

Lassi a la rose:devorezmoi

Photo : S. et M. Zakri

14138722_10208947466656800_3022832569435490287_o

Photos : S. et M. Zakri

Aujourd’hui nous vous offrons un retour sous le signe de la fête, celle de Ganesh qui a eu lieu à Paris 75010. Ganesh, dieu à la tête d’éléphant est très populaire en Inde car il porte bonheur aux entreprises. Les femmes avaient revêtu leurs beaux saris colorés. Les enfants étaient sur leur 31. À tous les coins de rue des petits monticules de noix de coco attendaient d’être fracassés par terre. Les boutiques offraient des lassis sucré et salé. L’air embaumait l’encens, le lait de coco et les effluves de curry. L’Inde à Paris !
Alors on est allé casser des noix de coco sur le parcours des chars, des processions et des danseurs rituels. En rentrant on a aussi fait des offrandes de fleurs et de fruits à nos nombreuses divinités ramenées de nos voyages en Indes. Espérons que Ganesh daignera poser sa trompe sur notre tête pour les bénir et nous offrir une rentrée sous les meilleurs auspices.

Le lassi à la rose pour 4 verres
Ingrédients
350g de yaourt bulgare (3 yaourts)
1 pincée de cardamome en poudre
2 c. à soupe de sirop de rose
10 cl de lait
10 cl d’eau
Glace pilée

Préparation
Mixez tous les ingrédients et servez sans attendre !

Photos S. et M. Zakri
Les photos sont la propriété exclusive de S. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable

Sablés à la confiture de framboise

 

IMG_7825

Photos : S. et M. Zakri

IMG_7827IMG_7847

« J’vous ai apporté des sablés, parce que les fleurs c’est périssable puis la framboise c’est tellement bon… » Ben oui on a changé les paroles de la chanson de Jacques Brel pour l’adapter à nos jolis sablés framboise, old school façon lunettes, dont on n’a pas retrouvé la forme d’emporte-pièce. Bref on était toute fière, jusqu’à ce que Clem, notre copine qui assure grave en cuisine, arrive et nous balance que nos sablés n’étaient pas très réguliers et un peu épais… Et voilà qu’elle nous montre les photos des sablés d’un illustre pâtissier en vue et qui fait des desserts sublimes, et à tomber à la renverse, et patati et patata. Pour l’épaisseur on aurait pu faire mieux, mais bon on n’a pas la prétention d’être des pros. On n’a pas un laminoir pour étaler la pâte à la perfection, des cellules de refroidissement pour y remettre un peu la pâte une fois étalée et la découper plus facilement… Non, nous, on a un mini frigo plein à craquer avec trois fois rien dedans et une cuisine minuscule d’un mètre carré grand max, dans laquelle, d’ailleurs le frigo ne tient même pas, mais où s’entassent épices, vinaigres, herbes de toutes sortes sans compter les ustensiles… Un jour on vous fera un post spécial dédicace sur notre kitchenette. Bref, ils ne sont pas parfaits nos sablés framboise, mais ils sont quand même beaux et bons et c’est ce qui compte, alors à vos fourneaux et dévorez !

Préparation : 20 mn, cuisson, 10-15 mn selon les fours
Temps de repos : 1h

Ingrédients pour 20 biscuits environ
150 g de beurre mou
100 g de sucre
2 g de sel
1 œuf
2 g de levure chimique
300 g de farine
Confiture de framboise
Une barquette de framboises
Quelques feuilles de menthe et de romarin
Un peu de lait pour la dorure
2 c. à s. de sucre glace

Préparation
Dans un grand saladier, mélangez le beurre mou avec le sucre puis ajoutez l’œuf et le sel. Incorporez petit à petit la farine et la levure. Pétrissez jusqu’à l’obtention d’une belle boule lisse et homogène. Filmez-la et mettez-la au frigo pendant 1 heure.
Préchauffez votre four à 180°C. Farinez un peu votre plan de travail et étalez la pâte au rouleau en tâchant d’obtenir 4 mm d’épaisseur.
Détaillez votre pâte avec un emporte-pièce de la forme que vous voulez mais assez grand pour y faire un deuxième trou. Divisez le nombre de vos sablés en deux, et faites des petits trous à l’aide d’un autre emporte-pièce plus petit pour les biscuits du dessus.
Avec un pinceau, badigeonnez de lait pour la dorure. Enfournez pendant 12 à 15 minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés… Mais pas trop. Laissez les refroidir. Saupoudrez les sablés troués de sucre glace. Sur les autres, étalez la confiture de framboises et quelques feuilles de romarin finement ciselées. Assemblez, décorez de framboises fraîches et de feuilles de menthe, dévorez  !

Photos S. et M. Zakri
Les photos sont la propriété exclusive de S. Zakri et ne peuvent être utilisées sans autorisation préalable

Fleurs et pivoines en papier réalisées à la main par Muriel Zakri pour la boutique Rouge Gingembre – 121, rue Caulaincourt  75018  Paris